AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 As long as we have dreams • Authentique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Thingol / Ellen

♪ P'tit Lu
Biscuit maudit :p

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 22/02/2012
Age : 23
Attributions : -


Informations supplémentaires
Expérience du cavalier:
140/1000  (140/1000)
Expérience du cheval:
145/1000  (145/1000)
Autres
:


MessageSujet: As long as we have dreams • Authentique   Mar 4 Mar - 2:30

As long as we have dreams
Ellen & Authentique
Ellen donna un dernier coup de brosse douce, lustrant avec patience la robe foncée du jeune hongre. Elle le pansait patiemment depuis une heure, et il fallait avouer qu’il avait fière allure. C’était irrationnel, et surtout très éphémère… Mais Ellen ne supportait pas de travailler avec un cheval sale. Elle avait toujours eu ce côté maniaque, tiré à quatre épingles, jamais une mèche de travers. Cela s’appliquait autant à elle qu’aux chevaux.

Authentique. Elle aimait bien ce nom. Lorsque Serge lui avait présenté le jeune quatre ans, le cœur d’Ellen avait raté un battement. Elle l’aimait déjà, ce cheval, sans réussir à s’expliquer pourquoi. Oh, elle avait conscience qu’il y avait encore beaucoup de travail, qu’il y aurait des hauts et beaucoup de bas, mais l’hongre avait quelque chose d’attachant que la monitrice ne parvenait pas à s’expliquer. Depuis qu’il lui avait été attribué, Ellen était passé le voir tous les jours. Elle venait le saluer dès qu’elle pouvait, donner une caresse ou une carotte chaque fois qu’elle passait dans l’allée. Elle l’avait soigné, passant au moins une heure, souvent plusieurs avec lui. Elle avait toujours considéré que passer du temps avec son cheval était la clé du succès. Comment bâtir la confiance autrement ? Comment espérer l’affection d’un animal que l’on ne faisait que monter ?

Elle remplaça le licol classique par un licol éthologique bleu marine. Un cheval qui avait l’habitude, elle n’aurait pas hésité à l’attacher. Son ancien cheval ne tirait jamais, mais Authentique n’avait pas encore l’habitude, et le licol en corde pouvait être dangereux. Elle passa une main rassurante sur le chanfrein du jeune cheval, et, prenant le stick qu’elle avait posé plus loin, se tourna vers le joli bai brun : « Prêt ? Je crois que ça va être une drôle de journée pour toi bonhomme ! » L’appréciait-il ? Elle l’espérait. Elle avait la naïveté de croire que ces longues heures passées avec lui ces deux dernières semaines l’avaient au moins habitué à sa présence.

Entraînant l’hongre à sa suite dans l’allée des écuries, elle finit par déboucher sur le manège, désert à cette heure matinale. Un palefrenier qui passait par là ferma les portes pour elle. Elle s’arrêta au centre du manège, et se tourna vers Authentique, adoptant une position tout à fait neutre, sans énergie. Elle avait laissé beaucoup de la longue corde de quatre mètres, afin de laisser au bai brun tout le loisir de découvrir son environnement. Elle savait qu’il avait encore vu peu de choses, et elle ne voulait surtout pas brusquer les choses et brûler des étapes qui auraient pu être importantes. Elle le laissa donc vagabonder à son aise pendant quelques minutes, le suivant sur le côté, à bonne distance, sans jamais que la corde se tende totalement et ne tire.
Code by Silver Lungs

________________________

Pourtant on ne s’ennuie jamais car l’ennui vient quand on ne se regarde plus. Et on ne peut pas ne pas regarder un cheval, regarder l’autre. Regardez-le vraiment et jamais, jamais vous ne vous ennuierez. C’est ça le sentiment équestre et ça n’est rien d’autre que de l’amour.
queencate & dressagetothenines (Tumblr) © Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas

Authentique du Clos

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 12
Localisation : Haras du Clos
Humeur : Toujours bonne !
Attributions : Ellen Clifford


Informations supplémentaires
Expérience du cavalier:
0/1000  (0/1000)
Expérience du cheval:
70/1000  (70/1000)
Autres
:


MessageSujet: Re: As long as we have dreams • Authentique   Mar 4 Mar - 23:00

Authentique, les yeux mi-clos, savourait le méticuleux pansage de la cavalière. Il avait remarqué que c'était une cavalière qui ne passait que depuis récemment dans les écuries. En effet, ayant grandi ici, au Haras du Clos, il reconnaissait beaucoup d'Humains : en particulier les palefreniers, passant régulièrement dans son écurie, donnant à manger à tous ses camarades et lui-même, nettoyant leur boxes, vérifiant chaque matin et chaque soir que chaque cheval allait bien, les amenant au pré... Il y avait des palefreniers un peu brusques, pas très amicaux : ceux-là, Authentique ne les aimait pas. Non pas qu'ils aient  fait un mauvais geste envers lui, ça non, mais le jeune hongre aimait le contact avec les Humains, et ce n'était pas leur cas, malgré ses multiples tentatives. En revanche, il y avait aussi des palefreniers très ouverts : Authentique appréciait tout particulièrement essayer de faire sourire ces derniers : s'il avait compris une chose, c'était que quand un Humain souriait, il y avait toujours peu après une gratouille, une friandise ou un mot gentil à son égard.

Il avait tout d'abord pensé que la cavalière qui le pansait actuellement était une palefrenière. En effet, elle passait depuis quelque temps régulièrement le voir, et restait parfois un long moment auprès de lui. Mais comme elle ne s'occupait pas autant des autres chevaux que de lui, il avait vite compris qu'elle était différente, et avait attiré son attention.  Une énergie positive s'en dégageait, très agréable. Il voyait dans son attitude une assurance que certains cavaliers ne possèdent pas encore, prouvant ainsi son expérience. Et puis, elle avait des carottes. Et alors les carottes..! Authentique ferait TOUT pour une carotte.

D'ailleurs, quand il se sentit libéré du licol, Authentique tourna la tête vers la poche de la cavalière, espérant en trouver une ou deux, mais malheureusement n'eut en échange qu'un autre licol. Un licol bien plus léger. Il le sentait à peine sur sa tête, et bien que le contact avec la longe était très faible, ressentait tous les mouvements de cette dernière. Il suivit sa cavalière à travers les allées, et observa tout autour de lui, les oreilles aux aguets. Il connaissait le moindre recoin du Haras par coeur, mais ne pouvait s'empêcher de chercher le moindre changement, la moindre nouveauté pouvant alimenter sa curiosité insatiable.

Lorsqu'ils arrivèrent dans le manège, Authentique se redressa fièrement et hennit. Un autre cheval lui répondit, au loin, mais il était seul dans le manège. Il aimait quand d'autres chevaux s'y trouvaient, car beaucoup étaient toujours partant pour jouer. Ce ne sera pas pour cette fois, malheureusement. Une fois que cavalière et cheval s'arrêtèrent au centre du manège, Authentique se rendit compte qu'il n'était pas sellé. Cela, excepté lors de son débourrage, ne lui était jamais arrivé et éveilla son attention. Il observa sa cavalière, qui ne dégageait rien de particulier. Elle ne bougeait pas, ne le regardait pas. Il tendit les naseaux vers elle et lui toucha délicatement la main, espérant attirer son attention. En vain. Habituellement, les Humains étaient pleins d'énergies et gestes contradictoires : quand leur corps lui demandait de s'arrêter, leur énergie lui demandait d'aller plus vite. Parfois le contraire. Il avait appris à se fier plus à leur corps qu'à leur énergie, n'étant récompensé que s'il obéissait aux mouvements du corps.

Mais sa cavalière ne dégageait strictement rien, et fait rare pour les Humains, ne disait rien même avec son corps. Il s'en désintéressa alors rapidement et observa les alentours. Il remarqua qu'il n'était jamais allé ici. Même au débourrage, comme il avait toujours fait beau, il n'avait profité que des carrières. Et une chose l'intrigua tout particulièrement. Là, en face. Un AUTRE cheval. Qui le regardait. Avec une cavalière qui ressemblait à la sienne, à pied à ses côtés. Fait surprenant, ces deux-là ne dégageaient aucune odeur. Authentique ronfla. Le cheval ronfla. Comme sa cavalière semblait ne pas réagir, il se permit de s'approcher du cheval inconnu. Un pas après l'autre, il s'avança. L'autre cheval était tout aussi timide. Authentique s'arrêta à moins d'un mètre, et réduisit la distance restante en tendant les naseaux. Il toucha une surface froide et portant un très faible mélange d'odeur très peu distinctes. Il l'observa d'un oeil, de l'autre, perplexe. L'autre cheval était inaccessible. Il resta quelques secondes ainsi, les oreilles pivotant dans tous les sens, puis s'en détourna et entreprit une petite visite du manège.

Il souffla sur le sable, éternua. Il aurait bien aimé s'y rouler. Mais il ne savait que faire avec sa cavalière à côté, tenant la longe qu'il sentait exceptionnellement bien, bien que totalement détendue. Alors il marcha, suivant une courbe, suivi par sa cavalière. Ce sable était tellement agréable... Il réduisit sa courbe, progressivement, gratta le sol. Le faire ? Ne pas le faire ? Il lança un regard interrogatif à sa cavalière.



[ J'étais inspirée dis donc ! ^^ ]

________________________


" Photographies de foto-vik.ru (Vikarus) "
Revenir en haut Aller en bas
 

As long as we have dreams • Authentique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « Les instalations » :: « Manège »-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit